twitter rss facebook
sandrine doucet header

Mon actualité

Politique portuaire : une mobilisation qui porte ses fruits à Bordeaux

L’économie navale et maritime est un enjeu pour notre pays et, a fortiori, pour notre désormais grande Région et ses 420 kilomètres de façade maritime. L’actuelle majorité s’est emparée de ces questions depuis le début du quinquennat, en adoptant une stratégie portuaire nationale, qui entend relever trois grands défis. Tout d’abord, il s’agit de renforcer la place des ports dans l’offre logistique, par le développement des combinaisons multimodales.

Ensuite, l’enjeu est aussi de soutenir le rôle des ports dans l’aménagement du territoire, par la mise en place de projets stratégiques structurants. Enfin, la volonté va également au développement de l’activité industrielle dans les zones portuaires, en s’appuyant sur leurs atouts territoriaux, géographiques… et historiques. Pour atteindre ces objectifs ambitieux et nécessaires, l’Etat, notamment via les contrats de plans Etat-Région, a choisi d’engager un effort d’investissement sans précédent. Ainsi, plus d’un milliard d’euros sont consacrés pour les années à venir à l’accompagnement de cette dynamique.

A Bordeaux, le secteur des Bassins à Flot trouve toute sa place dans ce dispositif. Le Grand Port Maritime de Bordeaux tient à ce titre un rôle stratégique fort sur le quartier mais plus globalement à l’échelle de notre Région. Ce rôle majeur appelle à une mobilisation de tous les acteurs du territoire. Aussi, c’est pour appuyer les projets navals du Grand Port Maritime de Bordeaux que j’avais invité le Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, Alain Vidalies, en avril 2015, à venir se rendre compte sur place du potentiel de ce site. En particulier, le maintien en fonctionnement des formes de radoub est un projet à mettre en lumière. Il trouve son essence dans le potentiel local, adossé à la demande européenne et mondiale de sites pour la rénovation de yachts. Ce projet a pu être inscrit dans le CPER, validant sa mise en œuvre rapide, avec un financement à hauteur de 6 millions d’euros.

tunnel

Ce succès est dû à la constance et au sérieux des projets portés par l’écosystème du quartier, qu’il s’agisse des associations ou des entreprises, mais aussi à la volonté du Conseiller Régional Philippe Dorthe, qui a été visionnaire dans le portage du projet. Je garde toujours le souvenir du premier tour de table organisé autour de l’installation de cette activité aux Bassins à Flot, réunissant associations, entrepreneurs du secteur et élus, alors que j’ouvrais tout juste ma permanence, en 2013, avant que je ne porte sa présentation par la suite aux ministres Cuvillier et Vidalies.

En novembre dernier, ce sont les salariés du Grand Port Maritime de Bordeaux qui nous ont interpellés, Philippe Dorthe et moi-même, inquiets de l’impact de l’intégration indispensable du régime spécial d’assurance maladie de ses salariés au régime général, au terme de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2016. En exposant à la Ministre de la santé ces inquiétudes légitimes, a pu être prévu dans le texte final, un lissage de la montée en charge du taux de cotisation du Grand Port sur deux exercices, en limitant son impact financier, préservant d’autant la compétitivité et les perspectives du port.

Enfin, lors des débats autour de la proposition de loi pour l’économie bleue, portée par le Député Arnaud Leroy, j’ai été vigilante à la défense d’un modèle de gouvernance portuaire qui donne à la Région et aux autorités maritimes une voix prépondérante dans l’orientation et les choix stratégiques et économiques à opérer. Mes amendements en ce sens ont été l’occasion de voir ce choix confirmé, par le gouvernement et la majorité. Cette proposition de loi m’a aussi donné l’occasion de cosigner un amendement visant à consolider le financement des Seamen’s Clubs, afin d’offrir aux gens de mer de tous pays des conditions de travail et d’accueil optimales, dans ces lieux gérés par des équipes de bénévoles. C’est donc consciente de l’atout du Grand Port Maritime de Bordeaux et des Bassins à Flot pour notre territoire que je poursuis le travail sur toutes ces questions, en veillant aussi à ce que, dans les mois qui viennent, le développement immobilier des Bassins à Flot ne soit pas un obstacle à l’activité navale existante, qui aujourd’hui bénéficie de belles perspectives, notamment en termes d’emplois productifs.